CS PLEDRAN : site officiel du club de foot de PLEDRAN - footeo

CSP TURLUTUTU : 2000-2001-2002 la génération montante

21 mai 2018 - 18:49

C'est un Turlututu qui devait arriver tôt ou tard. J'aurai pu le faire plus tôt tant ces joueurs ont brillé par le passé. Mais je ne voulais pas l'écrire tant je pensais que cette saison 2017-18 serait leur saison, tant j'avais peur de leur porter la poisse.

 

Car pour mériter ce 1er Turlututu du présent, il fallait avoir les nerfs solides. Un peu de chance. Et avoir retenu les leçons du passé.

 

L'histoire commence en 2006.

Une quinzaine de minots n'en peuvent plus d'attendre devant la grille du stade. Ils tapent le ballon chez eux ou dans la cour de l'école. Mais ces enfants de 5 ans veulent autre chose comme surface de jeu : ils veulent la pelouse d'horizon.

Cela fait 2 ans que d'autres enfants foulent leur pelouse.

J'exagère un peu dans tout ça. Pensez vous en effet qu'à 3 ans ils rêvent tant du complexe sportif d'Horizon.

A 3 ans, on pense à dormir, à Bob le bricoleur à la télé, au gouter et aux tartines. Mais pas à devenir joueur du CSP.

 

Alors je reformule ce début d'histoire. Et je remplace le terme "enfant" par "papa d'enfants"

Les Papas n'en pouvaient plus d'attendre devant la grille du stade. Ils voient leur petit taper le ballon. Mais ils veulent tellement voir leur progéniture revêtir le maillot blanc et bleu du club de leur coeur. Ces papas ont pour prénom Jerome, Christophe, Philippe, Jean Marc, Joel. Et leur fils ou neveu vont devenir des passionnés... que voulez vous : les chiens font pas des chats ! Les chiens font des chiens !!!

Jérome Durand se dévoue (mais il a vraiment pas fallu le pousser) pour encadrer la 1ere édition de la catégorie pré débutants.

En 2006, il y a un engouement important à Plédran pour le football. Du jamais vu encore. Le complexe est nouveau. Il a des entraineurs diplômés de qualité et surtout un responsable sympathique et compétent : Nicolas Feret.

Le foot se pratique en général à l'age de 6 ans. Depuis un an ou 2, on a de plus en plus d'enfant de 5 ans qui sont inscrit. Et leur intégration ne pose aucun problème dès l'instant que leur responsable sait adapter les niveaux et les exercices à effectuer.

On compte une quinzaine d'enfants nés en 2001 à la rentrée en septembre. Il n'y a pas de compétition ou de tournoi prévus pour eux. Juste des exercices ludiques, en rapport ou non avec le foot, et de la motricité. L'ambiance est géniale. En plus le coach fait la même taille qu'eux ;) Bon Jérome n'est pas tout seul : Joel Guerin, fidèle dirigent du CSP, qui a emmené son gars et son neveu, est présent tous les samedi. Une seule séance par semaine c'est bien assez à cet âge. Ceci dit, la semaine est longue du Dimanche au Vendredi !

La qualité principale que ces enfants ont développé durant ces années, c'est le respect.

Respect des encadrants : il faut dire qu'ils ont très bien été encadré, on a souvent ce qu'on mérite

Respect des adversaires : ces jeunes n'ont pas la grosse tête

Respect des valeurs : avec eux c'est l'ordre, c'est pas le bazar. Pour exemple, leur vestiaire est toujours nickel quand ils le quittent.

 

4 ans passent, et c'est Philippe Guinard qui prend le relais. Les horloges et les berets, ça va 5 minutes. Mais pour Philippe, il faut de la compèt'.

Les enfants sont U11 : c'est le temps des tournois et des finales. Mathias Le Maréchal est l'un des joueurs les plus techniques du groupe. Après avoir remporté le 1er tournoi avec cette génération à Ploufragan, Mathias va rejoindre Hillion puis le Stade Briochin. Preuve que l'effectif Plédranais attire les convoitises. 

En U13 la progression individuelle et collective se poursuit. Les tournoi de St Brieuc Fo et de Ploufragan (de nouveau) sont remportés par nos petits blancs.

Ils participent aux finales départementales. C'est sur, il y a de la belle qualité dans cette génération. Mais pas encore de coup d'éclat.

Les petits grandissent et passent au foot à 11. Le vrai football commence !!!

Pour leur servir de guide, Jean Charles Toquet et Arnaud Beauverger prennent le flambeau. Philippe Guinard n'est jamais bien loin, mais ses taches de président l'empêchent d'être partout.

C'est justement sous l'impulsion de Philippe que le CSP créé avec Yffiniac le groupent de jeunes de la baie. C'est une fusion pour 2 catégories avec le FC Yffiniac. Celle des U15 était essentiellement voulue en raison d'un effectif en baisse.  an plus tard, l'effectif passera de 16 à 45 !!! on engage même une équipe C U15 en foot à 8. C'est le travail des dirigeants qui a séduit les enfants et emporté du même coup un franc succès.

Les choses fonctionnent bien entre les 2 clubs, et les enfants y trouvent leur compte. Arnaud Beauverger apportera beaucoup de fluidité en apparence grâce à un travail de titan : les compo des équipes et les messages qui s'en suivent pour s'assurer de la présence de chacun n'est vraiment pas une partie de plaisir. Mais Arnaud s'en sort parfaitement. On peut regrouper les enfants par niveau et leur assurer ainsi une progression linéaire.

Alors qu'ils sont 2e années, les enfants de 2001, qui forment la base de cette génération en réussite, vont étoffer leur CV de footballeur.

Ils ambitionnent d'être champion et vainqueur de la coupe départementale. Ils accèderont à 1 seul de ces nobles titres : champions et finaliste de coupe !

Champion ! C'est déjà pas mal !!! Mais ils se voyaient tellement les auteurs d'un doublé. Tout le monde les y voyait.

la saison 2015-16 est dominée nettement par le CSP.

Ils sont presque sûrs d'être champion quand ils se déplacent chez leur dauphin Plancoet. Et Plancoet vaincra. Pourtant Plédran a largement les qualités pour l'emporter. Il est difficile de savoir si c'est la peur de gagner, la timidité, ou je ne sais quoi d'autre. Mais ce match là qui était pour eux leur échappe.

Heureusement, la logique du championnat sera respectée, et le CSP montera en ligue.

Le 1er titre en poche, les jeunes du Groupement de la baie s'attaquent à la coupe. En quart de finale, ils effacent le GJ Gouessant 6-0 avec un quadruplé d'Orelien Pasco et un doublé de Théo Millet.

Ils jouent contre Penvenan en demi finale. Il fait super temps, les conditions météo sont optimales : tout les ingrédients sont là pour la victoire acquise sur le score de 3-2.

Nos U15 sont à 90 minutes du doublé, comme leurs idoles du PSG.

Mais en finale, ils retrouvent leur bête noire : Plancoet.  La défaite en championnat a laissé un gout amer. La rencontre se déroule sous un chaud soleil à Plemet. Plédran inscrit le 1er but mais se fait égaliser. Plancoet prend l'avantage. Plédran rate un pénalty pour revenir. Les jambes tremblent. l'avant centre Plancoetin punira nos petits d'un splendide hat trick. Score final 3-1 très sévère. Mais les nerfs des joueurs du Val d'Arguenon étaient les plus solides.

 

Ces 2 défaites illustrent un petit point faible à corriger. Sans doute un problème mental.

NOUS ALLONS ARRIVER AU TURLUTUTU 2018

Mais ce qui va suivre va le rendre encore plus beau.

 

Notre petite année 2001 monte en U18 et rejoint les enfants de 2000 et de 1999. Ils sont entrainés par Alexandre Aragon. Le Montpelliérain est l'emploi du club et responsable technique.

Le championnat semble encore à leur portée. Mais un adversaire coriace se présente à eux : l'entente Pommerit Le Merzer.

Lorsque le groupement de la baie s'y déplace, c'est peut être encore avec les jambes tremblantes de Plancoet. Dans un match à enjeu, il faut avoir le mental. Manifestement la défaite à l'aller 2-0 là bas a montré que le cap n'était toujours pas passé.

Le championnat s'envole en partie à cause de cette défaite mais aussi en raison d'un calendrier hautement favorable à Pommerit. Malgré les réclamations, le district n'inversera pas le sort : Pommerit sera champion.

Mais le match retour Plédran Pommerit va donner l'occasion de se venger.

Nos jeunes ont enfin la rage de vaincre. Les injustices du calendrier va faire monter la moutarde au nez. Pledran-Yffiniac l'emporte 5 à 2. Une belle victoire inutile pour ce championnat. Mais une victoire salutaire : ils ont enfin trouvé les forces pour s'arracher le jour J contre le plus solide de leurs adversaires. LE DECLIC ?

 

Saison 2017-2018 : Yffiiniac a quitté le groupement, le CS Plédran retrouve son autonomie qu'elle n'aurait peut être jamais dû quitter... mais grace à cela le CSP a vécu des moments innoubliables. Les enfants des années 2000-2001-2002 se retrouvent enfin. Ils s'étaient croisés tous ensemble lors de leurs premières années en débutant.

L'ambiance est au top entre les gamins. Les 2 équipes U18 obtiennent de très bon résultats. L'équipe A est encore sur la voie du titre de champion. Peut être aussi de la coupe départementale. Mais ils sont éliminés 1-0 par le groupement de Quintin qu'ils venaient de corriger 4-0 en championnat une semaine plus tot.

Ils sont battus 2 semaines avant le match fatidique : le 1er Plédran doit recevoir le second le triangle d'Uzel.

Malheur au vaincu.

Et c'est bien ce match qui sera le symbole du 20e turlututu

le 1er acte de ce choc sera administratif : Uzel porte réclamation sur le lieu de la rencontre. En effet, la saison 17-18 sera marquée par les intempéries. Et pour palier aux terrains impraticables, le CSP a pu profiter de ses infrastructures : le terrain synthétique en particulier. En raison d'un nombre de match plus important joués à Horizon pour le CSP, le triangle d'Uzel pense plus légitime que le match se déroule à Uzel...

Ben voyons !!!

Et bien avec ce petit argument paraissant presque drôle au début tellement il est futile, les dirigeants du triangle auront gain de cause avec le district. Incroyable ! Bien sûr Plédran ne tombe pas dans le panneau et conteste... pour avoir gain de cause avec le district... Avant que le Traingle ne fasse de nouveau réclamation !!! Hallucinant !

Il faudra attendre une réunion 5 heures avant la rencontre pour que finalement on apprenne qu'on jouera à Horizon.

HEUREUSEMENT QUE CE N'EST QU'UN MATCH DE JEUNES U18 ! Parfois, certains perdent le bon sens avec la compétition. Avec les jeunes, il faut rester lucide EN TOUS CAS !

La composition d'équipe Plédranaise sera la suivante : 1- Mathieu Rault 2- Hugo Ansquer 3- Mattéo Guinard 4- Nolan Urvoy 5- Ludwig Hairon 6- Jules Durand 7- Quentin Morel 8- Marco Rouiller 9- Orelien Pasco 10- Théo Millet 11- Théo Jouno 12- Léo Poulain 13- Charles Bourhis 14- Pierre Barbé

Je n'aurais pas l'outrance de ne citer que ces 14 noms dans ce très beau Turlututu. Je vais associer à ces 14 tous ceux qui ont régulièrement participé à cette aventure. A commencer par le gardien Corentin Gallo. En défense on a souvent vu Killian Guérin, Nathan Rault, Maxime De Zutter, ou Valentin Jacq. Au milieu Jorris Martin, Adrien Beauverger, Axel Robert (parti au Stade Briochin en U17 national), Alexis Le Roux, Antoine Henry ou encore Youen Moriceau ont eux aussi fait partie de ces belles années. Et en attaque, Evan Banaskiwitz, Vincent Mahé ou Malcom Pognon ont eux aussi marqué ou fait marquer dans cette génération.

2e acte de la rencontre : la 1ere mi temps. Mon dieu qu'on n'a pas été bon !!! Uzel ouvre le score à la 20e minute. Les blancs et bleus sont méconnaissables. Le syndrome Plancoetain ou Pommeritain est-il de retour ?

Orelien et Théo en décident autrement.

Orelien Pasco provoque une faute dans la surface sanctionnée d'un pénalty transformé par Théo Millet.

On s'achemine vers un score de parité à la mi temps qui fait les affaires de Plédran. Puisqu'en effet, en cas d'égalité, c'est le CS Plédran qui monte en ligue au profit qu'il n'est pas un groupement de jeune.

Mais patatra : un joueur rose d'Uzel file au but à 1 minute du terme : Léo Poulain fait la faute pour stopper l'inévitable. L'arbitre exclus logiquement Léo, qui sur ce coup a peut être sauvé son équipe... Plédran jouera la 2e mi temps à 10

Nous arrivons au 3e et dernier superbe acte de ce match, au paroxysme du Turlututu 2018 : la 2e mi temps Plédran - GJ triangle.

Alexandre Aragon profite de la pause pour calmer les esprit et regonfler les 10 acteurs. 1 ou 2 changements, et une modification tactique : Orélien jouera seul en pointe, les autres feront le boulot défensif au milieu.

En début du Turlututu, je vous ai dit que les chiens faisaient pas des chats. Et ce sont biens 10 chiens enragés qui vont pénétrer sur la pelouse pour la seconde période.

Quelle mi temps, quelle débauche d'énergie, quelle maitrise. DISCIPLINE, MAITRISE, EFFORTS ! les 3 maitres mots du succès Plédranais en ce 21 avril 2018.

70e minute : Quentin Morel tire un coup franc à 35 mêtres du but d'Uzel. Il va déposer le ballon sur la tête de Théo Millet au 2e poteau qui fait entrer son équipe dans l'histoire du club grace à son doublé.

Ce but intervient alors que Plédran domine de la tête et des épaules les débats... avec un joueur de moins !!! Un vrai récital.

Les dernières minutes seront à peine inquiétantes tant la défense, organisée autour d'un Nolan Urvoy XXL, et d'un Ludwig Haizon exemplaire, sera sereine.

Le coup de sifflet final délivrera cette génération qui trouve enfin les forces mentales pour vaincre dans la douleur.

Il faut dire aussi que le public les a grandement aidé : quelle ambiance dans la tribune d'horizon (très féminisée pour le coup : ce ne sont plus des joueurs sur le terrain mais des pop stars !).

 

1 semaine plus tard, le CSP se déplace chez le 3e du groupe : Erquy. La victoire et les 3 points leur donne définitivement le titre de champion.

Et leur affiche dans le couloir des vestiaires du CSP !

Car oui, ces jeunes joueurs vont rejoindre au mur la panoplie des plus belles victoires du club cher à leur coeur.

Presque 100 ans d'histoire pour qu'eux aussi figurent dans la mémoire collective.

Pour l'éternité.

Comme eux, chaque saison à venir, les joueurs Plédranais auront en tête que notre club est un grand club. Qu'il a une âme. Qu'il a donné tellement de plaisir. Qu'il s'est construit dans la rigueur, le travail, la douleur parfois.

Tous les joueurs, pour rejoindre leur vestiaire, et avant de pénétrer sur la pelouse, seront contemplés par ceux qui ont fait la légende.

A eux, et à tous les autres joueurs à venir, de travailler, de rêver, de jouer, de s'éclater pour rentrer dans l'histoire.

La fierté d'être Plédranais n'est pas un vain mot.

Plédran, c'est plus qu'un club : c'est un village, une famille.

Que chaque joueur, chaque équipe porte en eux le désir de briller et de faire plaisir à ceux qui les accompagnent et les soutiennent..

Faites vous plaisir. Bossez et vous trouverez la récompense

Sur ces murs

Dans vos souvenirs

En chacun de vous

 

le CS Plédran est une grande histoire. Et elle n'est pas prête de s'arrêter.

 

VIVE LE CSP !!!

Commentaires

+