CS PLEDRAN : site officiel du club de foot de PLEDRAN - footeo

CSP TURLUTUTU : les petits de Loic

5 mai 2018 - 19:37

Dernier Turlututu Historique.

Et pour cloturer la série du passé, pour mieux encore ouvrir la série de cette saison et des années à venir, quoi de meilleur sujet que celui de nos jeunes !

Et oui, la jeunesse plédranaise nous offre bien des réjouissance tout au long des années.

Le CSP est fier de ses couleurs et fier de ses jeunes.

Comme pour le 18e épisode, nous allons parler des U18, mais sur une génération un peu plus agée.

Celle des enfants nés en 91-92-93

et meme ceux de 90. Ou de 89.

En fait, je vais vous parler des équipes qui ont marqué le parcours d'un éducateur remarquable au CSP : Loic Guernion.

Né en 1956, Loic a connu de très belles années au Stade Briochin en jeunes aux cotés des frères Muller (Pancho et Oscar (futur grand numéro 10 du grand FC Nantes)), et après quelques temps à l'US Yffiniac il avait rejoint les rangs de la solide équipe du CS Plédran de Reynald Guéguen. Il était de la montée en DRH en 90. Ce petit arrière gauche coriace avait de la rate comme on dit. Il ne lachait rien. Il était rigoureux. Et la première qualité qu'il voulait partager avec ses jeunes, c'est bien la rigueur.

En 2004, lorsque le CSP déménage à horizon, le nombre d'éducateurs était en petite baisse sur certaines tranches d'age.

Car s'il y a bien une catégorie pas simple à gérer, c'est celle des U15. A cet age, on apprend le foot à 11, et il faut beaucoup de pédagogie pour les jeunes.

Loic Guernion avait raccroché le foot depuis de nombreuses années. Mais comme il se plait à prendre soin de sa santé (et de sa silhouette), il s'entretient la forme à coup de pédales. Loic bouffe des bornes avec son vélo. Ca lui vide la tête.

Mais un été, alors qu'il bricole chez lui, il chute de son escabeau (souvent il lui en faut un) (blague), et se fracture le bras.

Adieu le vélo ! Mais que va t il faire de son week end pour s'occuper ? Il a bien sûr sa femme et ses enfants, mais Loic est un passionné de sport. Et il lui faut un projet.

Et, un peu par hasard, il se trouve un jour à discuter avec le mari de sa cousine.... ah Plédran : la famille !!!

Le papa de Loic est le frère du Papa d'Armelle.

Mais Armelle qui ? Qui ne connait pas Armelle au CSP ??? Armelle Redon bien sur !!! La femme d'Yves, la maman d'Anthony et de Samuel (Turlututu 12) et belle maman de Samuel Duval (ex joueur de A). Sacré CV !

Alors Yves Redon propose à Loic de s'occuper des jeunes. Et ça lui va pile poil comme un gant. Bien vu Yves !

 

La 1ere saison, Loic s'occupe de la génération des alexandre Taillard ou Audry Poirier en U15.

Assisté de l'éternel Jean Jacques Le Normand et du jeune sénior Anthony Redon, Loic prend tout de suite du plaisir avec ses jeunes. Il essaye d'installer un climat d'exigence mais aussi une ambiance respectueuse. Il n'est pas dans la recherche du résultat à tout prix. Mais il sait que les perf viendront.

Quelques années s'écoulent, et Loic prend de plus en plus de plaisir. Nicolas Feret, qui alors supervise toutes les catégories de jeunes, est présent près de Loic sans se faire trop envahissant. Loic apprécie le regard de Nico, sa discrétion, et les quelques mots de bon sens qu'il a pour sa troupe.

Et puis une jolie génération attachante pointe le bout de son nez. Celle des enfants nés en 91-92.

Les buts s'enfilent comme des perles. Ils finissent 3e au challenge de l'offensive alors que l'équipe est majoritairement composée de 1ere année.

Dans les buts on avait Clément Le Guen. En défense, dans l'axe, Kevin Blanchard, Martial Albice et Gwendal Rault régnaient en maitres. Samuel Kerboul, Florent Rault, Anthony Le Henaff et Claude Jégu jouaient sur les cotés. Anthony Gaudin était déjà un tout bon milieu de terrain, solide défensivement et organisateur. Mickael Jaffrelot, Kevin Sannier,  Mathieu Audrain (frère de Maxime, Turlututu n°3) et Julien Monchoix étaient des milieux techniques. Et puis il y avait une jolie paire d'attaquants : un gaucher et un droitier. Etienne Chapin et Romain Cosnay s'entendaient comme laronds en foire. Kevin Morin (actuel entraineur U13) les aidait dans leurs taches.

 

Loic se réalisait pleinement avec son approche très paternelle. Comme son équipe qui ne laissait jamais un vestiaire en désordre derrière elle.

Mais un évènement extérieur va encore plus sceller le groupe et leur coach : en fin de saison 2007, la mère de Loic est souffrante. Loic, qui ne rate pas une minute de match, d'entrainement ou de tournoi, doit laisser ses jeunes au tournoi de l'ascension de Rostrenen (déjà remporté l'année précédente). C'est Anthony Redon qui coachera dans ce joli tournoi du centre Bretagne. Les adultes savaient que la santé de la maman de Loic était au plus mal. Et l'attachement des mômes faisant, ils allaient gagner ce tournoi comme pour soutenir Coach Loic.

Anthony Redon annonça la nouvelle à Loic comme pour lui apporter ce petit rayon de soleil dans un moment si difficile. Le lendemain, la maman de Loic partit pour son dernier voyage. A l'enterrement quelques jours plus tard, en l'église d'Yffiniac, pas un jeune Plédranais ne manquait à l'appel.

Les gens se demandaient ce que tous ces petits venaient faire dans l'église dans un moment si triste.

Ils étaient tous là pour leur Loic. Tous lui passaient, un regard, une tape sur le dos, une poignée de main. Jean Jacques Le Normand et Yves Redon avaient fait en sorte que tous puissent rendre hommage à celle qui avait mis au monde leur entraineur vénéré.

Il y a des leviers dans une vie. Croyez moi : dans les larmes de Loic, il y avait malgré tout du bonheur.

 

Les montées qui s'en suivaient, les victoires en tournoi, les parcours en coupe, chaque minute était une communion entre un berger et son troupeau. La confiance, le respect, l'exigence : voilà les secret de Loic, tel est le cadre d'apprentissage de ces gamins.

Il est difficile de retenir un match plus qu'un autre pour illustrer qui ils étaient sur le terrain. Je relèverai juste cette victoire contre Plenée Jugon 3-1 à St Maurice. Loic avait caché à ses U15 qu'ils étaient assurés de monter en critérium départemental. Ils ont donc joué à fond contre le 2e du groupe comme si leur accession en dépendait. Leur victoire nette et sans bavure ce jour là exprimait leurs forces technique et physique.

En 2009, Alain Hinault, alors entraineurs de U18, souhaite changer de catégorie. Pour Loic Guernion, c'est l'opportunité de suivre ce groupe fantastique. Claude Gellard accompagnera Loic sur le banc 2 saisons.

Encore des montées : il faut dire qu'ils partaient à chaque fois de la plus petite division, mais grace au règlement, ils pouvaient monter de 2 division en 1 an (preuve de leur supériorité).

On relèvera un souvenir de coupe Gambardella où Etienne Chapin marqua contre le gros Stade Lamballais (pour éviter d'embrasser Fanny 6 à 1), devant la tribune comble du Stade Horizon, admirative devant ses protégés.

J'associe à cette génération l'année de naissance 1993 où l'on comptait parmi elle un certain Maxime Audrain très prometteur, souvent porteur du brassard de capitaine, qui était le numéro 10 lors de la dernière montée de Loic en critérium départemental (2010).

La qualité des joueurs n'avait pas échappé aux dirigeants séniors de l'époque. On retrouva très vite Romain, Etienne, Maxime ou Anthony dans une A cherchant son maintien, privant du même coup Loic de son dernier trophée manquant : une victoire en coupe départementale.

Mais qu'à cela ne tienne, en rien ne sera brisé le bonheur de Loic et de ses petits.

7 années durant.

 

Le CS Plédran, c'est plus qu'un club : un village, une famille !

Vive le CSP !!!!

Commentaires

+