CS PLEDRAN : site officiel du club de foot de PLEDRAN - footeo

CSP : te souviens tu... RLUTUTU ? 2014 : La B remporte le challenge du district

7 février 2018 - 17:40

6e volet de la série du TURLUTUTU

Après avoir parlé de la A, des juniors, et des U13, je vais vous conter une jolie (très jolie !) histoire d'une autre équipe du CSP.

Les séniors A ont tendance à phagocyter l'intéret dans tous les clubs de foot. Les gens sont souvent attirés par les jolies vitrines.

 

Mais à Plédran, on ne fait pas toujours comme les autres... à raison !

L'équipe B de Plédran a toujours été très suivie. Rien d'étonnant à cela lorsqu'on connaît l'ambiance familiale qui règne dans notre club depuis sa création. Les plédranais ont toujours un fils, un cousin, un papa, un neveu qui joue en B (ou en C).

Et tous les dimanche cela se vérifie : les fervants supporters sont là.

 

Dans un club lambda, l'équipe B est souvent l'antichambre de la A

Un joueur de 1ere moins performant repart en B se refaire une santé, un joueur de A absent et celui de la B bouche le trou, un joueur de B performant... peut rester en B même si on peut penser qu'il aurait sa place au dessus... C'est la réalité de toutes les équipes B

Mais à Plédran, ces péripéties passent bien après la fierté de jouer avec la B.

En B, pas de purgatoire, pas de punition, pas de végétation. La B de Plédran, lorsqu'on l'affronte, est toujours un adversaire redoutable. L'ESPRIT D'EQUIPE QUI L'ANIME EN EST UNE RAISON ESSENTIELLE. De touts temps.

 

2014

La légende raconte qu'à Plédran, il faut que le coach de l'équipe séniors soit de la famille Bourdé pour gagner en Coupe !

Par cette entame, je rends hommage à un homme de l'ombre. Joueur de C, puis de B, un peu de A à ses belles heures, Régis Briand est un sacré bonhomme.

Régis n'est autre que le gendre de Didier Bourdé, coach de Plédran pour les 2 victoires en coupe du Conseil Général en 95 et 96 (très prochain Turlututu...)

Investit dans le club de son cœur, il a su trouver une jolie reconversion. Fort de son expérience, il s'est d'abord occupé des jeunes en U15 et en U18 avant de s'occuper des seniors C puis B

... puis C

... puis B...

Enfin c'est un coach que rien n'arrête. Il est bon partout. Il est apprécié de tous.

Ca fait un peu trop de compliments tout ça pour la même personne. Mais au travers du personnage et des qualités de Regis, il faut bien rendre hommage au rôle prépondérant de nos éducateurs bénévoles... des prochains Turlututu rappellerons leurs exploits.

 

Le challenge du district, créé dans les années 90, est une compétition réservée aux équipes B, C ou D qui n'évoluent pas au niveau Ligue.

Le principe étant de faire jouer toues les équipes en Coupe. Cette initiative du district de football des Cotes d'Armor doit être saluée

 

La B de Plédran avait déjà fait parler d'elle en 2000 : sous la houlette de Jean Paul Ramel (prochain Turlututu...), elle n'avait pas pu lever le trophée en finale.

Mais en 2014, la récompense arrive.

 

La phase de poule, souvent simple à condition de prendre les match sérieusement, permet aux Plédranais de sortir en tête. La qualification en 1/8 se fera sans trop de soucis face à Rostrenen B.

 

Mais pour les 1/4 de finale, le tirage leur réserve un morceau de choix : le Stade Briochin C. Les griffons viennent jouer à horizon avec la certitude qu'on leur connaît. Et le CSP avec la détermination et l'humilité.

Les débats sont plutôt favorable aux individualités briochines. Peu avant la mi temps, les jaunes obtiennent un penalty et le transforment. 0-1 à la mi temps. On pense que St Brieuc va gérer en 2e mi temps. Mais Plédran n'abdique pas. St Brieuc a les occasions de tuer le match. Mais un gardien se révèle...

 

...

... et là je suis obligé de vous parler de YANNICK HILLION !!!

Les joueurs, dirigeants et supporters du CS Plédran connaissent bien Yannick. Arrivé depuis près de 10 ans au club en provenance de l'AS Graces, Yannick est un numéro 10 très fin techniquement, avec une belle vision de jeu, et des jolies capacités physiques. Mais Yannick est malheureusement un génie.

Quand je dit génie, je n'exagère pas.

Un génie est capable de faire des choses que nul autre n'est capable de faire. Il fait des prodiges. Et à contrario, il est souvent incompris.

C'est sans doute cette dernière qualité (ou défaut) que certains ont vu chez Yannick. Beaucoup doutent de sa régularité dans les efforts ou de son sérieux.

Mais tous ceux qui ont joué avec Yannick ont forcément vu un jour un truc chez lui qui les a bluffé.

 

Yannick aime le foot comme un enfant. Il aime dribler et faire marquer quand il joue 10. Mais il adore autant se mettre dans les buts à l'entrainement. Et il y a pris gout. Et puis, quand le cas se présente, il s'improvise gardien lors de matchs (un gardien absent ou expulsé...).

Yannick n'a pas une grande technique de main. Il n'a pas les gestes du gardien. Mais il respire le football, il est très souple et n'a peur de rien. Mais vraiment de rien !

 

En 2014, Yannick, pour le bien de son équipe, accepte de rendre service en jouant gardien. Et cette épopée du challenge du district le fera rentrer dans la légende.

 

Retour au match de 1/4 de finale contre le stade Briochin.

On va tout droit vers une défaite 1 à 0. Mais une absence de la défense visiteuse permet aux blancs de revenir à 1 partout. Il reste 10 minutes. Et Plédran va tenir. C'est la séance des tirs au but.

Les pénaltys, il faut les mettre. Les plédranais savent faire cette année là.

Le reste, c'est Yannick qui s'en charge. Yannick Hillion qualifie son équipe en stoppant 2 tirs. C'est la qualification pour les demi finales.

 

La B doit aller jouer contre Paimpol B dans le trégor.

Paimpol B a un très fort effectif. Les marines sont archi favoris.

Nous sommes en fin de saison. Regis Briand se dit qu'il faut quand même croire en sa chance, et convoque 2 joueurs de A : Arnaud Poulain et Bertrand Citron. Pour renforcer l'équipe, c'est indispensable. Arnaud est un milieu de terrain de A confirmé et Bertrand Citron est un sacré avant centre. Ancien joueur Pro à Angers, Rouen et Vannes, Bertrand, l'ami de Jeremy Toutain, est venu finir sa carrière à Plédran. Et quand on lui demande de donner un coup de main à la B, après une années où les blessures se sont succédées, il a accepté avec la simplicité qu'on lui connaît.

Bertrand n'a plus ses jambes de 20 ans. Mais c'est un sacré renfort quand meme pour les protégés de Régis.

Malgré ce, l'ambiance dans le vestiaire de Paimpol est extrêmement décontractée. Pour faire simple : pas grand monde pense que la victoire est possible. Alors on rigole, on chambre, et on y va sans douter.

Paimpol ouvre le score avant la mi temps. Arnaud Poulain se fracture le péroné et doit céder sa place. Ca commence mal. Comme en quart contre le stade, les réservistes plédranais ne se désunissent pas. Il défendent comme ils peuvent face aux assauts Paimpolais. L'arbre plie mais ne rompt pas.

En milieu de 2e mi temps, Bertrand Citron sort de son chapeau un but comme seul lui savait marquer. Mais il reste du temps... il faut gérer...

Et les joueurs, depuis le quart contre le stade, savent qu'ils ont un atout majeur : YANNICK !

Paimpol va insister jusqu'à la dernière minute, mais le score en restera à 1-1

Et là encore, Yannick va faire le boulot.

Quel phénomène ! Plédran exulte et célèbrent leur gardien, encore héros ce dimanche là.

 

Et c'est la finale !

Plédran doit affronter la B de Pleudihen sur Rance. Le terrain sur lequel la finale se joue est choisit depuis un moment par le district : c'est celui de Rostrenen.

C'est un facteur sans doute déterminant le choix du terrain. Pour les Pleudihenais, c'est 2 heures de route. Leur public est bien moins nombreux que le notre, et les efforts sont plus durs aussi.

Régis, pour cette finale, est allé au bout de ses convictions. Bien qu'il se soit renforcé pour la demi finale avec 2 joueurs de A, Régis choisit de récompenser le groupe de joueur qu'il avait eu le plus souvent tout au long de la saison. L'esprit d'équipe plutôt que les qualités individuelles : quelle belle leçon que Régis a donnée.

Car ce choix, comme tous les choix, sera vivement critiqué si ça ne marche pas. L'inverse aurait été vrai aussi. Mais les valeurs choisies correspondent parfaitement à la vision du football du CSP.

 

Pleudihen et Plédran se neutralisent. Il y aura très peu d'occasion durant cette finale jouée sous un soleil de plomb.

Plédran y croit en silence. La réputation de Yannick n'a visiblement pas été prise au sérieux par Pleudihen qui ne saura pas insister ni marquer avant la fin du temps règlementaire.

 

C'est la séance des tirs au but... ENCORE !

3 matchs, et 3 séries de pénaltys. Dire que Plédran a eu de la chance se qualifier ou de gagner la finale serait faire injures aux joueurs qui ont sacrément bien joué. Mais un match comporte des règles. Et pour gagner, il faut marquer. Et Yannick sait parfaitement faire ce qu'il faut pour empécher l'adversaire de marquer.

YANNICK HILLION VA TUER LA SEANCE ALORS QU'ELLE N'A PAS COMMENCE.

La scène est simple. Les joueurs se placent au milieu du terrain. L'arbitre s'approche de la surface. Les gardiens sont sur le coté des 18 mètres. Et là : c'est le génie qui parle.

Comme pour provoquer ses adversaires...

Comme pour montrer à tous qu'il est de loin le plus fort...

Comme pour envoyer un message de confiance à ses copains...

Comme pour rigoler...

...Comme un con... donnez ce que vous voulez comme explications, mais seul Yannick sait (ou pas) POURQUOI IL S'EST MIS A FAIRE LE POIRIER TOUT EN MARCHANT SUR LES MAINS ?

Quand on est tireur, et qu'on voit un phénomène pareil se mettre à l'envers dans une finale qui se joue aux pénos...

TOUT SIMPLEMENT GENIAL !!!

Yannick va bien sur gagner la séance

Oui, il faudra les marquer coté Plédran.

Mais tous les spectateurs présents lors de ces 3 tours de coupe vous le diront : c'est Yannick qui a gagné !

Il a stoppé 10 pénaltys sur 16 en 3 séances. PHENOMENAL... surtout pour un 10 !!!

 

La fête qui s'en suivie fut très belle. Une belle fête plédranaise 

 

Une victoire du club tout entier

 

Voici le nom des joueurs qui ont participé à la finale et à cette belle saison en B :

Bon, dans les buts, on sait qui c'est

Derriere on avait Florent Rault (fils de Gérard bien connu), Alan Morin (fils d'Yvon bien connu aussi) (et déjà présent dans le Turlututu n°5), Julien Chatté (déjà présent dans le Turlututu n°3 ;)  ), Guillaume Lemoine et Julien Rouxel

Au milieu, on avait Sébastien Morvan (Turlututu  comme Alan), Anthony Gaudin, Benjamin Glatre (fils de Loic bien connu) et Renas Moussa Osman

Devant On avait Romain Cosnay (fils de Pierre-Anne bien connu), Chemseddine Turki, Nicolas Séhercule (Turlututu n°5, frère de Julien Turlututu 3) et Maxime Pasquier

Enfin on n'oubliera pas que pour assister Régis sur le banc il y avait Romain Morin

 

Vive le CSP

 

le CS Plédran, c'est plus qu'un club : un village, une famille

Commentaires

+